30th ANNIVERSARY Dragon Ball Cho Shishu

30th ANNIVERSARY Dragon Ball Cho Shishu est le tout dernier Art Book de Dragon Ball à être sorti du Japon. Comme les plus perspicaces d’entre vous auront devinez, il s’agit d’un artbook fêtant les 30 ans du célèbre manga.

Nous avons le droit à un historique sur le manga culte d’Akira Toriyama, la genèse, le contexte, tout est là.  L’art book à le bon gout de revenir sur Dragon Boy, ce spin off qui s’avère être officieusement l’épisode pilote de Dragon Ball. Cet histoire sur ce pratiquant en arts martiaux rencontrera un certain succès, cela motivera Akira Toriyama de stopper définitivement Dr Slump.

Nous revenons sur les premières idées en tête de l’auteur, à savoir la légende de Son Gokû, le roi des singes, qui permis de créer les bases du manga autour des premiers volumes. L’art Book revient sur les différentes couvertures des Weekly Jump auquel Gokû à fait la couverture. Une information toutefois guère inédite et largement connu par les possesseurs des arts books Daizenshu /Chôzenshu …

Ce qui est par contre du bonbon pour les yeux, ce sont les esquisses d’Akira Toriyama, si certaines étaient déjà connues par d’anciens Art Books (Akira Toriyama the World),  d’autres  sont vraiment inédites, et c’est très très intéressant.  🙂

Tentatives sur Cell Dragon BallTournoi Dragon ball ébaucheLes esquisses de Cell sont très étranges, l’un d’eux avec les cornes pourrait évoquer les terribles Dragon maléfiques, le modèle en bas de l’image montre un Cell encore plus reptilien.  Un d’eux fait vraiment sourire puisqu’il me ferait presque penser au personnage d’E.T. Un résultat très curieux de la part de l’auteur.

L’image de droite révèle les ébauches sur Shen et Tao Pai Pai en Cyborg. Si l’auteur voulait absolument entrevoir un personnage ressemblant à Woody Allen concernant le corps humain de Dieu, il parait intéressant de constater que Tao Pai Pai aurait pu faire ressortir son cerveau, concept qui sera pourtant retenu pour N°20/Docteur Géro.

Autant vous le dire, pour les fans curieux, ces esquisses sont vraiment savoureuses à regarder, et il parait encore incroyable qu’en 2016 on découvre encore des documents inédits du studio Bird Studio.

Dragon Ball ScouterEt alors que Dragon Ball pouvait compter sur les Scouter, Weekly Jump diffusa quelques chiffres inédits, et ce bien avant l’ère des arts books Daizenshu. Quelques chiffres seront repris, et d’autres modifiés :

  • Raditz sur cette image passe de 1200 à 1500.
  • Tao Pai Pai en Cyborg est à 210, un chiffre inédit qui révèle donc qu’il était supérieur à Yamcha et Kuririn
  • Mister Popo était à 1030, une information incroyable (et surréaliste) puisqu’il est donc plus fort que son propre maître, et était donc le combattant le plus fort sur terre au moment du 23ème Tenkai Ichi Budokai. En revanche là où ce chiffre trouve de la cohérence, c’est que cela explique clairement mieux comment Ten Shin Han et les autres ont progressé avant l’invasion des Saiyajins.
  • Chichi de part l’entrainement de son père était donc à 130, elle est étonnamment plus forte que Tsuru Sennin (?).
  • Maître Karin est et restera donc sensiblement plus fort que son élève Kamé Sennin.
Fuyuto Takeda
Fuyuto Takeda

Quelques anciens éditeurs (Tantô en Japonais) sont interviewé dont Fuyuto Takeda, le dernier éditeur de Toriyama, et qui aurait inspiré le personnage de Majin Boo (gros).

Torishima, l’éditeur emblématique du mangaka est également présent dans une interview pour y dévoiler de riches secrets sur ce manga.

Outre ce type de documents inédits, bien qu’il était connu par les fans américains, la deuxième partie revient sur l’adaptation animé (passage obligé). De nombreux modèles Sheets sont diffusés sur des personnages inédits, ou bien encore ceux sur le premier TV Spécial. Bien que ce n’était pas dit explicitement dans l’anime, mais Lunch y apparaissait bien sous forme de clin d’œil au moment du Genki Dama fatidique, l’art book divulgue donc son modèle sheet.

Story Board Dragon BallQuelques Story Board sont diffusés bien que les images soient petites. Ici il s’agit de l’épisode 69 dans lequel Son Gokû affronte le terrible Capitaine Ginyû. Le résultat est déjà très proche de ce qui sera diffusé sur Fuji TV.

D’autres informations sont intéressantes, par exemple, je l’ignorais mais les personnages du premier film Dragon Ball (sans Z) en plus d’allégrement s’inspirer sur le célèbre film d’animation Nausicaa, les protagonistes principaux ont été créés par Akira Toriyama. Ce qui ne fut pas le cas pour les nombreux personnages du second film (Lucifer) probablement créés par Minoru Maeda.

En parlant des films, les modèles sheets d’Akira Toriyama sont tous là, pas de surprise, parmi les premiers films de Z, Akira Toriyama à participé à l’élaboration du Dr Uiro (Willow chez AB), Slug, Cooler et ses trois soldats d’élites, les humains artificiels inédits ainsi que Super N°13, Broly et la bande à Bojack. Et bien sûr Tapion et son jeune frère Minoshia ainsi que le relookage très particulier du Red Ribbon du quatrième film DB.

Toriyama jouant à Butode 1La dernière partie arbore sur les produits dérivés, que ce soit jeux vidéos, cardass. De très nombreux producteurs de Bandai Namco sont interviewés sur les jeux vedettes de Dragon Ball, notamment ceux qui ont élaborés successivement les Butoden, Budokai et Tenkaichi. Il est même très attendrissant de voir une photo d’archive montrant Akira Toriyama jouant à Butoden 1 sur Super Famicom, le tout premier jeu de combat de la franchise développé par Tose Software.

Bien entendu, une bonne partie s’étend sur les fabuleuses cartes à collectionner de Dragon Ball, elles ont eux en effet un rôle très importants dans les années 90 par le fabriquant Hondan. Les très populaires cartes de Dragon Ball Heroes sont très bien représentées, il faut dire que le succès ne dément pas depuis ses dernières années. Outre l’aspect commercial, les cartes fabriquées constituaient une pièce maitresse pour le fan de Dragon Ball.

L’art Book conclue en diffusant les traits crayonnés du tout dernier chapitre du manga, un cadeau très précieux. Et pour finir ce petit article, cet Art Book constitue un cadeau de choix pour les fans, il est dommage que le Japonais gâche la compréhension pour les amoureux Français de la licence, je ne pense évidemment pas que Glénat le traduiera à l’instar de 98% des autres arts books (le dictionnaire étant la seule exception à ce jour).

Il apparait intéressant de constater que pour ce 30ème anniversaire, la Shueisha à fait les choses en grands, et tout en parlant de l’actualité de la franchise (Dragon Ball Super). Je le recommande.

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*