Dragon Quest La quête de Dai

Présentation :
Les héros principaux :
Les armées de Vearn :
L’adaptation animé
Data Book
Mes passages favoris

 

Attention cet article contient des Spoilers sur le manga. Si vous ne connaissez pas l’histoire, il est préférable de ne pas lire cet article !

Présentation :

Dragon Quest manga

Dragon Quest la quête de Dai ou appelé à ses débuts « Fly » en Français à cause du nom du héros : Dai se prononçant comme Die. Ce manga à révolutionné le genre à plus d’un titre, bien qu’il soit largement moins populaire que Dragon Ball, One Piece et bien d’autres shônens, les ventes ne s’y trompent pas non plus.

Pourtant le manga crée une brillante collaboration entre Koji Inada et Riku Sanjô. Deux noms qui resteront à jamais associé à ce titre, le tout supervisé par Yuji Horii qui n’est autre que le créateur de la licence. Riku Sanjô avait une idée très précise du manga, et de là où il voulait l’emmener, et c’est ce qui fait le charme de cette histoire.

Les dessins de Koji Inada s’améliorent au fil des volumes, mais son style prend son essor lors du tome 10, au moment ou le studio déménage, probablement sur une meilleure structure. Le look des héros ne cessent de s’épurer. Il est amusant de comparer l’évolution de Kill-Vearn du tome 8, puis ensuite du tome 21 et enfin du tome 27 pour se convaincre de la qualité des dessins en hausse. L’exemple encore plus frappant est de comparer les premiers tomes au visage de Dai du tome 32, lorsqu’il donne une réponse déterminante à l’empereur.

Un exemple d’évolution des dessins de Koji Inada :


Notons que l’élaboration de la forteresse du démon (Kigan-Jo) à posé beaucoup de difficultés à cause de ses nombreux détails au dessinateur. Koji Inada aurait même demandé de rajouter de la brume autour pour lui faciliter la tâche ce qui avait été refusé.

Le manga narre les belles aventures de Dai, un héros en herbe capable de produire des miracles lorsqu’il est en danger. Il se heurte très vite face à l’armée de l’empereur Vearn, dont le commandant des armées n’est autre qu’Haddlar, un ancien adversaire d’Avan, un ancien héros qui formera Dai pendant quelques jours.

Elaboration d'une page

Dessin préliminaire de Koji Inada d’une des planches du tome 32.

Un discours bien connu mais qui sera développé avec brio. Il rencontre de nombreux personnages, amis ou ennemis, quasi aucun ne restera indifférent au héros. C’est d’ailleurs l’un des thèmes fondateurs des Dragon Quest : le voyage initiatique, et Dai évolue fortement dans ses habilités. Mais ce qui était assez « nouveau » à l’époque, c’est que le héros se voit voler la vedette par son meilleur ami Pop ! Personnage lâche et craintif sur les premiers tomes, malgré tout attachant. Le manga le fera évoluer considérablement, peut être plus que Dai au point qu’il devient une pièce maitresse du groupe à la toute fin du manga. Il est souvent mention du personnage de Pop au sein des personnages de la « Shueisha » car nombreux étaient ses fans en interne.

Si Dai remplit toutes les conditions pour être un héros typique de shônen par sa pureté, Pop est rapidement devenu le personnage favori des fans en raison de ses progrès fulgurants, témoignant qu’en partant d’un très faible niveau, il est possible de tenir tête à des ennemis terriblement dangereux. C’est une des fiertés des deux auteurs, et ils ne s’en sont jamais cachés.

Et il faut saluer certains situations crées de toutes pièces sur des sentiments bien connus des rôlistes de la série Dragon Quest, les 4 premiers jeux sur Famicom seront une source d’inspiration pour Rikû Sanjô.

2 Comments on Dragon Quest La quête de Dai

  1. je suis aussi un fan de kill-vearn !! je me demandais si on peut considérer le moment pendant lequel le dieu de la mort brûle comme le moment le plus proche de la défaite ou destruction totale de la marionnette!
    En effet, piroro dira plus tard que les sort de glace ne marche pas sur le robot alors que ce dernier utilisait ce sort pour sauver “kill-vearn”!
    Car rétrospectivement, je pense que c’est la seule fois ou le robot aurais put être détruit!
    qu’en penses-tu.?

    View Comment
    • Avec un pseudo comme ça, pour sûr que tu aimes Kill-Vearn J
      Effectivement, lorsque Avan éteint le corps enflammé du robot, ça aurait pu poser problème pour Piroro, à terme le noyau du mal aurait pu exploser. Il s’agit probablement du moment où il a été le plus destabilisé. J’imagine que le sort d’Avan a pu éteindre les flammes de l’extérieur du corps de Kill-Vearn guérissant en conséquence l’anomalie dû à son sang.

      Très beau passage en tout cas, même si les explications d’Avan sur sa résurrections sont vaseuses (le coup du gang vide bordel). En revanche, rien à dire sur le combat du tome 32, j’adore comment Kill domimne son adversaire via ses lames invisibles, c’est diabolique :p

      View Comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*