Dragon Quest La quête de Dai

La série TV :

Dai anime
Dragon Quest Dai no Daiboken contrairement à la série Emblem of Roto (seul un film fut produit sur cette licence) a eu droit à une adaptation en série animé produite de 1991 à 1992. Elaboré en étroite collaboration entre la Shueisha, Enix, TBSet Toei Animation. Elle adapte les 10 premiers tomes sur 46 épisodes. Elle a rencontré un grand succès au Japon. Trois films sortiront dans la foulée en l’espace en moins de deux ans. Les musiques sont confiés à Koichi Sugiyama, le célèbre compositeur des jeux vidéos de la série. C’est d’ailleurs la première fois qu’on pouvait entendre les musiques des jeux avec de véritables instruments. La plus part des thèmes de la séries seront une mise en bouche par rapport aux à Dragon Quest VII et aux suivants qui seront adaptés sur support CD puis DVD.

modele anime

Anime 02Malgré tout, la série s’arrêtera brutalement. Les sponsors se désengagent de la série, et la série est probablement arrêté dans la précipitation puisque des modèles sheets sur les guerriers Dragons existent comme le témoigne le Data Book. Des années plus tard, Riku Sanjo et Koji Inada mettront des réserves sur cette série lors d’un interview consacré à Beat Vandel.

La série vieillit quelque peu aujourd’hui mais conserve un certain charmes, grâce à ses compositions magiques et aux décors de bonnes qualités. Par ailleurs l’adaptation va droit à l’essentiel, et ne ralenti en rien l’action par rapport à d’autres adaptations de l’époque. Pour information les épisodes 31 à 35 adaptent à eux seuls le tome 7.

Il faut saluer les Seiyûs de l’époque, le casting est en effet très riche, et beaucoup de pointures sont présents. Le très regretté Takeshi Aono incarne ainsi Haddlar et véhicule en lui toute sa fourberie. Les fans de Saint Seiya ne seront pas non plus insensibles à l’interprétation de Hideyuki Tanaka (Aiolia et le narrateur dans Sts) sur son interprétation d’Avan et de Kill-Vearn, en plus d’être une fois encore le narrateur. Le défunt Kenji Utsumi (Shen Long, Reacum dans Dragon Ball Z) quant à lui incarne l’empereur Vearn. Hideyuki Hori (Ikki dans Saint Seiya) incarne magnifiquement Hyunckel et donne vie au « Bloody Scraid ». Keiichi Nanba (Aphrodite et Julian Solo dans Sts encore …) interprète Pop avec brio. Et c’est enfin la brillante Toshiko Fujita qui incarne Dai.

VHS DQ

Il faut souligner que la série ne sera jamais réédité en DVD, et c’est d’ailleurs le cas sur tous les produits estampillés Dragon Quest des années 90. Il est probable que les ayants droits bloquent la série au pays du soleil levant.

 

Les films :

La Toei a adapté au cinéma trois histoires inédites de Dragon Quest

1 – Dragon Quest : Dai no Daibôken

Etrangement, le premier film n’a jamais quitté les salles du cinéma. Pour une raison inconnue il n’a jamais été édité en VHS ou Laser Disc. Peut être que le staff n’était pas satisfait du résultat, paradoxalement l’OST lui a été édité. Comme pour la plus part des premiers films, il ne comporte pas de titres mais seulement le nom de la série, ce qui était déjà le cas sur les premiers films de Saint Seiya et Dragon Ball Z (ensuite rebaptisé « Rendez moi Son Gohan »). Peu d’informations circulent sur ce film en dehors du Data Book.


Ce film est un gaiden puisqu’il fait rencontrer Dai et Leona sous une histoire inédite. Ce n’est en effet pas un robot piloté par un fourbe humain que combat Dai.La créature à 6 bras semble être capable de lancer des sorts de type Méra si ce n’est plus.

2 – Dragon Quest: Dai no Daibōken Tachiagare!!

Edité en VHS et Laser Disc. Ce film a la grande qualité de s’insérer aisément dans le manga. Il se situe très exactement entre le chapitre 30 et 31, Dai et ses compagnons recherchent un bateau pour les mener à Papnic, ils font alors la connaissance du marin Nelson. Seulement un subalterne d’Haddlar, nommé Verdosa intervient et se fait passer pour Avan afin de duper Maam et Pop très vite hypnotisé. Dai ne se fera pas avoir pour autant et débusquera l’imposteur.

Ce film bénéficiait d’une bonne qualité d’animation notamment sur le combat final, mais n’est malheureusement pas inoubliable. Les autres scènes d’actions sont anecdotiques (notamment avec les marins). Cependant, le tout est invariablement rattrapé par les belles compositions de Sugiyama. Notons que Pop rêve de sa toute première rencontre avec Avan au village Lancarkus.

3 – Dragon Quest: Dai no Daibōken Buchiya bure!! Shinsei Rokudai Shoguo

Edité seulement en VHS, le film se passe tout juste après la défaite de Flazzard. Galvus un ancien rival d’Haddlar décide de prendre les choses en mains avec ses propres généraux : Dagurudora, Zangurei, Buregan, Menero, Desukaaru et Beguroma. Ils prennent d’assaut Papnic et par la même occasion enferme l’âme de Maam. Furieux, Pop est sur le point de partir mais Dai l’en empêche à s’y rend seul. Il est vite dépassé par les généraux qui ont tous leur spécialité. Pop et Léona interviennent mais ils sont stoppés par Memero qui use de son fouet.

Hyunckel et Crocodine viennent aussi à la rescousse et affrontent. Finalement, Dai fait éclaté sa colère, via l’emblème du dragon et parvient à vaincre Galvus qui avait pourtant hérité du pouvoir de ses hommes.

Ce film ressemble un peu aux films de Dragon Ball Z, puisque son déroulement ressemble beaucoup à ce qui a été vu dans le manga sur certaines situations. Les quelques nouveaux généraux ont des habilités directement reprises de quelques ennemis du manga. Il est amusant de voir Hyunckel affronter un adversaire maitrisant curieusement la lance. Le film comporte quelques bizarreries, le Blood Scraid se transforme subitement en un rayon d’énergie, même chose pour le Juo Kaîshin Géki de Crocodine, et ce pour les besoins du scénario.

2 Comments

  1. je suis aussi un fan de kill-vearn !! je me demandais si on peut considérer le moment pendant lequel le dieu de la mort brûle comme le moment le plus proche de la défaite ou destruction totale de la marionnette!
    En effet, piroro dira plus tard que les sort de glace ne marche pas sur le robot alors que ce dernier utilisait ce sort pour sauver « kill-vearn »!
    Car rétrospectivement, je pense que c’est la seule fois ou le robot aurais put être détruit!
    qu’en penses-tu.?

    • Avec un pseudo comme ça, pour sûr que tu aimes Kill-Vearn J
      Effectivement, lorsque Avan éteint le corps enflammé du robot, ça aurait pu poser problème pour Piroro, à terme le noyau du mal aurait pu exploser. Il s’agit probablement du moment où il a été le plus destabilisé. J’imagine que le sort d’Avan a pu éteindre les flammes de l’extérieur du corps de Kill-Vearn guérissant en conséquence l’anomalie dû à son sang.

      Très beau passage en tout cas, même si les explications d’Avan sur sa résurrections sont vaseuses (le coup du gang vide bordel). En revanche, rien à dire sur le combat du tome 32, j’adore comment Kill domimne son adversaire via ses lames invisibles, c’est diabolique :p

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Please copy the string XoJ0qk to the field below: