Coralie : très rigolote, ton anecdote :D (remarque inutile : …

Comment on Un Geek 90 et de 2015 ? by Shermane.

Coralie : très rigolote, ton anecdote 😀 (remarque inutile : et j’aimais bien le peu que j’entendais de Toni Braxton)

Ce qui est intéressant avec le terme « geek », c’est que quand tu creuses le sujet, tu te rends compte que beaucoup de gens savent que ce mot, comme celui de « nerd », désigne qqch de plus profond et de passionnel, mais que tout le monde semble l’utiliser par commodité. Sauf qu’à force, il couvre tout et n’importe quoi et quand qqn parle d’un geek, je suis obligée d’attendre la suite pour situer le geek en question.

Par contre, je ne suis pas d’accord pour dire que c’est un phénomène de mode car je ne pense pas que ces sous-cultures vont s’effacer au profit d’autres (et tant mieux !). Jouer aux jeux vidéo et lire des BD est devenu acceptable et donc, un hobby comme un autre. Il n’y a guère que les journaux qui ne savent plus quoi raconter pour aller dégoter un psy et te dire que ces addictions sont dangereuses. Bref, pour moi, les « japoniaiseries » font partie de la culture pop, parfois alternative, mais je suis peut-être un peu naïve.

En revanche, comme on vit dans une société où on veut tout et tout de suite – ce n’est absolument pas une critique, juste une constatation : je ne suis parfois pas la plus patiente – les gens auront peut-être tendance à se lasser rapidement de telle ou telle culture. Je pense aux anime qui ne sortiraient pas assez vite au goût de ses spectateurs : ils peuvent être oubliés et d’autres viendraient le supplanter, comme dans n’importe quelle économie d’ailleurs. Alors que le « geek » (ou passionné, au choix), lui, n’oublie pas et va traquer ses séries fétiches.

Pour ce qui est des vieux routards qui se mettent aux séries, j’étais tombé sur un billet d’humeur d’un trentenaire qui expliquait très bien qu’avec une famille, il n’avait plus le temps de lire, donc il regardait des séries à la place car ça demande moins d’implication. Or, qui détient le pouvoir d’achat le plus important si ce n’est le trentenaire aujourd’hui père de famille ? C’est selon moi l’une des raisons pour lesquelles on a l’impression que les gens sont blasés et qu’en contrepartie, les créations ne se font plus aussi originales (gros cercle vicieux). Mais ça explique, comme tu dis, le phénomène (cette fois, le mot me semble approprié) des remakes.

Au niveau de la japanim’, je ne pourrais rien apporter, je n’en ai jamais été friande alors que j’aime les mangas, la bouffe japonaise, l’art japonais, les jardins japonais, la littérature japonaise, la langue japonaise, bref, à peu près tout mais niveau anime, je ne suis pas allée plus loin que Batman TAS côté américain et Sailor Moon côté nippon. Je me dois tout de même de souligner ma tristesse de ne pas voir les mots Jojo’s Bizarre Adventure apparaître dans ton article :p
Côté design, c’est encore plus fort : les shônen bankable sont déjà dessinés pour être facilement adaptables en anime : aucun détail, des traits bien nets et ronds, peu de hachures ou d’ombres… Ça fait peur, tant tout se ressemble. Pour les shôjô, c’est presque pire… Merci pour le lien, d’ailleurs.

En revanche, je ne m’imagine pas me lasser des mangas car j’aime trop la lecture d’une manière générale. Il y a 2-3 ans, il y avait un passage à vide mais depuis, ça a bien repris. Par contre, je filtre beaucoup et je passe certainement à côté de choses bien mais dotées d’un design trop générique. Le bon côté dans tout ça, c’est que quand je tombe sur une perle, je suis encore plus aux anges.
Et au final, même si je pense n’avoir jamais dit de moi que je suis une geek car c’est totalement faux (tout au plus une fan, et vraiment pas de tout), il y a certainement des gens pour m’apposer cette étiquette quand je parle de mangas… C’est pas bien grave, nous, on sait =)