Souvenirs de Marnie

Souvenirs de Marnie est le dernier film en date du studio Ghibli. Pour être honnête j’y allais à reculons car les dernières productions de la firme ne m’avait pas séduit, je songe au dernier film de Miyazaki dans lequel je ne me suis pas du tout senti concerné, il s’agissait pourtant du film testament du réalisateur culte. Le film est réalisé par Hiromasa Yonebayashi à qui on doit le très bon Arrietty. Le film est brillant à plus d’un titre.

SOUVENIRS+DE+MARNIE+PHOTO1Brièvement, l’histoire nous présente Anna, une fille de 12 ans très timide, se présentant comme étant une personne hors du cercle des autres protagonistes. Elle vit chez ses parents adoptifs, on devine très vite qu’elle est atteinte d’asthme. Pour ce faire, sa mère adoptive l’envoie à la campagne (Hokkaïdo). Anna outre qu’elle sera réticente à s’associer aux jeunes filles du village sera attirée par une étrange maison (une sorte de manoir) : La maison des Marais ! C’est ainsi que commence le film … Cet endroit semble si familier pour Anna, sa quête sur ses origines ne fait que commencer. Marnie, cette femme étincelante habitant dans la demeure mystérieuse pourtant inhabité en apparence, est-elle bien réelle ?

Que dire, déjà que la simplicité, ça à du bon parfois. Oui le début est assez classique, et pourtant ça fonctionne à merveille, peut être parce que je n’ai pas l’habitude de voir dans un film Ghibli un protagoniste n’étant pas tout blanc. Anna a véritablement un mauvais caractère envers les autres filles de son âge, sa sociabilité est à remettre en cause. On le sait sur quelques petites phrases en fin de scènes, et ça fait du bien ce bol d’air frais.

Marnie et ses cheveux

Marnie quant à elle intervient plus tard, d’abord de manière mystérieuse, car nous voyons sa silhouette de dos à deux reprises au bord de la fenêtre. Son identité réelle constitue le pivot du film, le tout étant mené avec brio. Les réponses étant éparpillés dans le film, les dialogues sont très minutieux et il faudra surveiller attentivement les noms pouvant sortir de la bouche de Marnie. Quelques scènes poétiques valent vraiment le détour, je songe à la danse étoilée des deux héroïnes. Ce qui est remarquable, bien qu’ayant les cheveux courts, Anna ne ressemble pas à un garçon manqué, pourtant la seule présence de Marnie bouleverse le tout, au point qu’on a l’impression d’y voir un couple hétéro sur certains plans, une coïncidence ?

Plus le film avance, et plus on se doute de la vérité concernant Marnie. Et malgré la thématique proposé du film, qui pourrait facilement avoir des allures de films d’horreurs, le film se contente de nous livrer une histoire pleines de romantismes. Les moments où Marnie n’est pas présent, la maison devient naturellement vide. Malgré ce mystère dont Anna prend conscience, cela ne l’effraie nullement, de toute façon, elle se considère elle-même comme étant une personne anormale.

Marnie
Marnie

La guérison d’Anna ne s’effectue pas par un simple tour de magie, le film est très propre là dessus. Un voyage initiatique proche du ghotique. Bizarrement, Marnie dégage quelque chose d’étrange, son design à un petit quelque chose qui la rend vraiment unique (et terriblement attachante). Au final, c’est peut être cela qui m’a le plus fasciné dans ce film, une histoire surréaliste mais qui véhicule beaucoup des scènes oniriques ! Je suis définitivement conquis !

Vivement la sortie Blu Ray 🙂

 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire