Spider-Man: One More Day

Spider-Man: One More Day est un comics controversé sorti entre Novembre 2007 à Janvier 2008. Cette histoire est encore aujourd’hui décriée par de nombreux fans. Un tel scandale n’avait jamais eu lieu depuis la saga des clones. Cette histoire a été songé par Marvel deux ans auparavant. Mais pour ceux qui ne connaissent pas le Comics, voici un rapide résumé :

Lorsque la saga Civil Wars débarque, prenant le parti de Tony Stark, qu’il considère comme un père à ce moment là, Peter Parker révèle son identité dans les médias. Tout le monde lui tombe dessus à ce moment là, à commencer par Jonah Jameson qui se sent trahit. Peter déjà mal à l’aise par la situation s’offusque lorsque Tony Stark convoite de traquer les héros ne se recensant pas. Grâce à l’influence de Captain América, il change de camps et combat très brièvement Tony avant de rejoindre Cap et ses compagnons.

Malheureusement, le mal est fait, et le Caid projette de s’attaquer directement à lui grâce à son réseau … C’est finalement Tante May qui est atteinte d’une balle, sa vie ne tiens désormais plus qu’à un fil (encore ?). Après avoir punit très sévèrement ses agresseurs, et d’une manière peu commune, Peter est au bord du gouffre. Dr Strange est impuissant ainsi que bien d’autres protagonistes. C’est finalement Méphisto qui s’empare de cette histoire et parvient à annuler la situation en échange de son amour envers MJ. Ainsi tous les événements, notamment son mariage, n’ont plus jamais existé aux yeux de tous.

spider-man-amazing-one-more-day-1-rams

Cette histoire est étrange, belle (sur ce qui concerne la déchéance et transformation de Peter) et symptomatiques de Marvel. Lorsqu’un changement radical se fait savoir, aussi surpris soient les lecteurs, nous pouvons être sûr que la situation reviendra normal plus tard, dans la même veine que les changements de costumes de Spider-Man. Le problème avec Spider-Man, c’est que la maison d’édition Marvel n’a jamais digérée le mariage des Parker. C’est à partir de ce moment là où était venu la terrible histoire des clones permettant à la base de contourner cela, revenant à un Peter Parker (Ben Reilly) fauché jusqu’au coup, célibataire vers les origines du Super Héros.

Seulement, cette combine balaye d’une simple main une pléthores d’histoires historiques du tisseur conçus par d’anciens grands artistes, forcement ça fait plutôt mal. Pourquoi avoir pris de l’intérêt à aimer ces histoires au fond puisqu’elles ne font plus parties de la continuités ? Quelques éminentes personnes chez Marvel ont toutefois fait pressions pour que Gwen Stacy reste morte dans cette nouvelle continuité (ouf).

Pour ma part, sur le comics en lui-même, j’ai apprécié son histoire. La souffrance de Peter Parker est inouïe, et se résout à tuer ses opposants qui attaquent sa famille directement. Tombant alors de l’autre coté de la barrière, celle qu’il a toujours combattue. Son dernier combat face au Caid bien que très prévisible dans son issue est remarquable … Le tisseur n’a aucune pitié et jure de revenir le tuer aussitôt que sa tante trépassera. Le Caid est humilié et détruit psychologiquement. Excellent !

Dans sa détresse, il vient à la rencontre de Tony Stark, l’homme d’acier étant indirectement responsable de ce drame … Refusant au premier abord de l’aider, et désolé de ce qui arrive à son ancien protégé, il l’aide de loin sans se compromettre directement. Une scène qui plutôt bien fichu, et naturellement Peterk nous étonne dans sa détresse, jusqu’à où il peut aller pour sa tante. Même le Docteur Strange ne peut rien faire pour lui, car Tante May est allée au bout de sa vie. Peter se refuse à cette réalité car il est responsable de sa mort !

Le comics aurait pu s’arrêter là, et l’histoire aura été une très belle réussite … Ok Tante May y passe encore, thème recurrent chez le tisseur et la vieille femme n’en n’est pas à son coup d’essais. Et tous les protagonistes de l’histoire sont d’accord avec cela, ceci est la vie … Et les lecteurs veulent sans doute voir Peter Parker grandir dans cette histoire … Seulement le récit provoque réellement la déchéance du tisseur, au point qu’il est véritablement impossible à l’homme araignée de poursuivre une existence normale, à cause bien évidemment de son identité désormais connue de tous. Peter en vient même à s’en prendre à quelques flics … Rien de gravissime cela dit, puisqu’il ne commet au final aucun meurtre. Mais tout ça pour dire que Spidey est dos au mur, et qu’un changement inévitable allait forcément avoir lieu d’une manière ou d’une autre.

653385-cheater

Cela dit, cette partie est originale, et voir Peter agir sans retenu, c’est suffisamment rare pour être souligné, là dessus je suis comblé, je voulais du changement en voilà. Et puis vient la partie sur Méphisto, Et là, par ce tour de magie, il est possible de sauver une situation pourtant au point mort. Revenir en arrière, en échange de son amour, son mariage avec Marie Jane ! L’hésitation est touchante, le moment, ces dernières tendresses le sont. Finalement dans une lecture sans prise de tête, tout ça passe harmonieusement bien. Et c’est en lisant les dernières pages qu’on se rend compte que … Ce que tu as aimé ses dernières années, les quelques histoires cultes ont été effacés de la mémoire du tisseur. Peter à finalement livré des aventures différentes, Harry Osborn est cette fois ci vivant, nous privant du drame culte des années 80. Ce Deux Ex Machina est sans doute le plus élevé selon les fans, et c’est bien vrai. Beaucoup de fans, de magazines ont manifestés leur déception.

Mais contrairement à la saga des clones, Marvel n’a pas effacé pour autant ce tour de magie. Stan Lee de son coté est favorable à ce changement, de manière à préserver la fraicheur du tisseur. En gros, Marvel reste Marvel, un personnage important meurt dans un récit ? Cela vous impressionne beaucoup car c’est culotté, n’ayant crainte, il reviendra à la vie prochainement. Cette absence de volonté d’avancer est récurrente au studio bien que des exemples contraires existent comme l’émouvante mort de Captain Marvel (bye bye la version Skrull).

Au final, la déchéance de Peter Parker, sa dureté mérite d’être lu, la suite du récit ne sera que déception pour quiconque s’étant attaché aux très belles histoires de Spider-Man ayant pour lien Mary Jane.

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*