Saint Seiya : Soldiers’ Soul : Test

Et voilà que le dernier jeu estampillé Saint Seiya vient de sortir il y a quelques semaines, Saint Seiya : Soldiers’ Soul !. Il s’agit ni plus ni moins d’une suite du précédent jeu de combat. Dimps semble avoir revu sa copie pour accompagner la contestable  série Saint Seiya Soul of Gold.

Ryo Mito, le producteur du jeu  est de nouveau sur ce nouveau projet, et Dimps reprend ainsi les modèles des personnages du précédent jeu pour les améliorer et ce 2 ans après le précédent. Selon le livre vendu avec le jeu si vous l’avez réservé chez Micromania, le jeu a été conçu peu avant la série Saint Seiya Soul of Gold ce qui explique pourquoi les Golds bénéficient d’attaques Big Bang faisant mouche à ce qu’ils savaient déjà faire, et non sur ce qui est présent dans la série en question.

Saint Seiya Brave of GoldOn ignore ce qui a permis à l’équipe d’inclure enfin les guerriers divins (God Warriors) … Est-ce parce qu’il y avait une demande des fans de la licence, ou bien est-ce la série Soul of Gold qui a établie cet alibi ?  Le mystère est entier, mais beaucoup sont ravis d’enfin avoir cet arc si adulé par les fans européens. La vidéo promotionnelle de Bandai Namco a largement conquis beaucoup de fans sur les réseaux sociaux. On notera d’ailleurs que Siegfried n’est plus doublé par Akira Kamiya (Ryo Saeba) mais par un nouveau comédien. Les fans de Détective Conan le savaient depuis longtemps (il incarnait l’inspecteur Kogoro Mouri) mais le comédien est aujourd’hui à la retraite.

Les Gods Warriors sont dans l’ensemble très amusants à jouer, je vous rassure, Mime n’est clairement pas un skin alternatif d’Orphée, ses coups sont très différents en raison la rapidité du personnage. Thor semble avoir été problématique pour les développeurs en raison de sa taille importante. D’ailleurs, quand on effectue une choppe sur le personnage, généralement la caméra triche un peu pour ne pas montrer les jambes du personnage.

Dimps s’est débrouillé pour rendre un peu différent Syd et Bud dans les coups spéciaux, et c’est tant mieux. Hagen quant à lui est très amusant à jouer en raison de ses deux attaques spéciales qui peuvent être utiliser sur de longue portées. De même que son attaque Big Bang qui est un coup de pied sauté (qui s’enchaine par un tacle) est difficile à esquiver. Le fourbe Albérich, s’il n’est pas très puissant au corps à corps fait vite la différence lorsqu’on combine ensuite son précieux Amethyst Sealed. Hilda est présente également et est très difficile à vaincre en raison de ses coups offensifs. On regrette du coup l’absence de Pandore pour la partie du Meikai en raison des nombreuses similitudes entre-elles. Par contre il y a de gros problèmes d’animations sur les vêtements d’Hilda qui résume à lui tout seul pourquoi aucun personnage ne porte de cape dans ce jeu.

Globalement, et à l’instar des Mariner dans le précédent jeu, ils sont diablement efficaces et probablement plus amusant que les personnages issus de Saint Seiya le Sanctuaire qui n’était pas un jeu de combat j’en conviens mais les modèles des personnages sont les mêmes.

Notons que tous les DLC présents dans le précédent jeu sont désormais accessibles il suffit de les acheter via les points que vous gagnerez dans le jeu, mais j’y reviendrai. j

Soul of God rafale finishQuelques anciens coups spéciaux ont été retravaillés, notamment les attaques à têtes chercheuses, ainsi Mû, Shion n’ont plus la possibilité d’envoyer leurs rayons qui vont poursuivre les déplacements du joueur.

Même chose pour le « Another Dimension » de l’armure vide des Gémeaux, et c’est tant mieux. Le jeu est beaucoup plus dynamique, et lorsque vous terminez le combat par une rafale, l’écran  vous octroie d’un joli « Bakoooon » avec votre personnage au premier plan, rappelant grandement les cases de Masami Kurumada, un résultant plutôt fidèle ! On pourra pinailler qu’il n’est pas possible par ce biais de voir les armures se briser mais le jeu ne dispose pas d’un budget illimité et parlons-en.

Le gameplay est sensiblement moins limité que le précédent. La jauge du Cosmo se recharge plus rapidement, et une seconde jauge vous permet d’enclencher l’attaque ultime du personnage, elle s’enclenche par rapport aux coups reçus et envoyés, une manière d’éviter le spam comme dans le premier. Cependant le jeu reste assez limité par rapport à ce qui est attendu en 2015. Il y a toujours une part d’aléatoire par rapport aux personnages qui touchent en premier.

Par ailleurs, si quelques personnages ont été modifiés comme je le citais en haut, d’autres sont toujours trop puissants, comme Camus et sa poussière de diamant qui couvre une zone beaucoup trop importante. Et quand on affronte Shun, à quoi bon se téléporter dans le dos puisque sa chaine vous frappera malgré tout ?

Un point toutefois important a été rectifié, les téléportations beaucoup plus rares (enfin je me comprends) à effectuer en raison de la nouvelle gestion du cosmo. Les combats font moins penser  ceux de Naruto Storm au moins.

Shun se féminise encore plusBien que très belles visuellement, les attaques Big Bangs ne sont pas toutes réussies, c’est le cas pour Shun, on a l’impression que le film en 3D Sanctuaire a fait souligner un changement radical sur le design du personnage. C’est véritablement déroutant.

Par contre, le soin apporté sur les nouveaux personnages, notamment les nouvelles déclinaisons des Golds est bien réelle, c’est beau, c’est du fan service et ça fonctionne plutôt bien !

Il y aura forcement de l’actualité sur ce jeu puisqu’un fan ayant téléchargé l’iso du jeu à repéré des voix non utilisés par le jeu. Et parmi eux, il y aura  les Black Saint (dont les Black Phoenix).  Black Pegase, Black Dragon, Black Cygne, Black Phoenix. … Et Ainsi que Black Eagle présente dans lans  Ces voix étaient déjà présentes dans  Saint Seiya : Le Sanctuaire sur PS3.

 

Un mode histoire en carton

photo
Des cinématiques palpitantes pour revivre toute l’histoire de Saint Seiya

Le jeu propose plusieurs modes de jeux, évidemment, celui qui nous intéresse pour le moment c’est le mode histoire.  Il est possible de le commencer dans le désordre, et ainsi attaquer la partie Asgard immédiatement si vous le désirez. Bandai Namco vantait les cinématiques du jeu, et quelques extraits des trailers étaient réalisés à masquer la faible de réalisation. Car oui, les cinématiques accompagnants le mode histoire sont toutes soporifiques au possible. Visiblement, la production avait que faire de ce mode de jeu. Si effectivement Brave Soldier était cheap, car le mode histoire était conçus avec des « images » de la série originale, là ce sont des séquences 3D très mauvaises. En gros, il y a un décors, un personnage au milieu, il bouge la bouche et puis voilà.

Mention spéciale à la cinématique de Mime supposé révéler la véritable mort de son père, Folken. Un résultat tout aussi catastrophique que le mode histoire de Dragon Ball Raging Blast 1. Un constat assez étonnant de la part de  Dimps qui est pourtant habitué à réaliser des cinématiques de bonnes qualités (Dragon Ball Xenoverse, Burst Limit, Budokai 1 etc), mais manifestement, le cahier des charges du jeu en a décidé autrement.

A ce propos, la jaquette du jeu mentionne que les cinématiques sont palpitantes (?!) … Et ce en montrant une séquence d’une attaque Big Bang  … bien joué !

De même que très peu de personnages secondaires sont modélisés, Ging le loup qui accompagne Fenrir est absent, mais avec qui parle-t-il alors ? Rhadamanthe est sauvé par ses soldats lorsqu’il affronte la première fois Kanon, sauf que Dimps n’a pas pris le soin de montrer ses soldats et la scène est ridicule et provoque un malaise …

Et Il faut rappeler que le rooster sur la partie du Meikai est relativement pauvre, de ce fait le mode histoire l’est tout autant. A quoi bon révéler que Seiya et Shun doivent traverser les prisons puisque Charon, Rune (ou Lune) et Pharao sont absents, c’est alarmant comme cette partie est mal traitée. Serait parce que les spectres rencontrés sont de la chairs à canon contrairement aux Mariners et aux God Warriors ? C’est effectivement le cas pour Yvan du Troll, Rock du Golem, mais certainement pour les spectres cités ci dessous ni même pour Valentine et les 3 derniers lieutenants de Radhamanthe.

Saint Seiya brave of soul mode histoirePar contre, quelques améliorations … Il n’y a  beaucoup moins de combat A vs B, puis C, puis D. Mais ça reste au final un mode très classique auquel on ne revient pas une fois qu’on a terminé toutes les niveaux en « S ». A ce propos, les conditions ne pas plus difficiles que le premier contrairement à ce que disait Ryo Mito.

Les répliques des combats, malgré ce nom, ces items permettent de booster votre personnage dans le mode « la bataille d’or« , malgré ce nom, le jeu ne retranscrit en rien les combats de la série Soul of Gold, ce sont juste des combats What If avec des dialogues d’une rares médiocrités … Quoi Saga remonte dans le temps et parle à Hilda au moment où elle était sous l’emprise de l’anneau ? Sérieusement …

Le mode est divisé en deux, le premier retrace uniquement 4 combats avec les Gold (le dernier combat est contre son clone ), et le dernier permet de récupérer des répliques qui ne peuvent pas être achetées. En même temps je ne suis pas tout à fait honnête sur ce mode, car si on avait eu un mode histoire  sur Saint Seiya Soul of Gold, alors nous aurions eux les nouveaux (et contestés) God Warriors, et sincèrement, je crois que c’est très bien comme ça 🙂

 Un mode tournoi et survie très hardcore

Tournoi soul of goldParmi les autres modes de jeu, le mode Galaxian Wars est de nouveau présent, et le challenge devient plus complexe. Si les premiers paliers se finissent sans trop de difficultés, les derniers sont relativement difficiles, et notamment ceux où vous ne pouvez pas vous mettre en garde. Le jeu devient ainsi beaucoup plus tactique et révèle à la fois les faiblesses du gameplay. Eh oui, si vous mettez quelqu’un à terre, qu’est ce qui vous empêche d’attendre qu’il se relève et de le frapper encore et toujours ? En tout cas l’ordinateur ne s’en privera pas pour répéter ce cheminement là plusieurs fois.

Le mode septième sens, si elle vous apporte une seconde jauge pleine, une fois terminée après avoir esquivé difficile les assauts d’Hilda, si vous loupez votre contre-attaque, le combat est pour ainsi dire terminé !

Ce qui me parait toujours aussi criminel dans ce mode là, c’est qu’il n’y a pas un mode classique avec des ennemis totalement éparpillés. On marche toujours dans la thématique, un tournoi entre spectre, entre God Warriors mais jamais en mixte ? Pourquoi ?

Saint seiya mode survieQuant au mode survie, il a été repensé puisque si les premiers sont très faciles, les derniers sont extrêmement ardues. notamment le dernier « Big Bang » que j’ai terminé avec Ikki car je ne pouvais plus profiter des défaillances de l’IA comme dans le jeu précédent, et ce en usant de Hypnos sans vergogne.

La difficulté est importante et le mieux à faire est de respecter les conditions imposées sur les combats pour gagner un peu de sa jauge de vie. Il est possible de gagner jusqu’à 100 000 points après avoir terminé un des derniers paliers.

Au final, deux modes de jeu très difficiles sur la fin. Comme toujours, Jabu et Ichi, les deux retardataires chez les bronzes gagneront un succès si vous terminez avec eux le mode survie (peu importe le palier choisi), une manière de dire « oh la classe vous arrivez à gagner avec eux » … Tsss !

Tu veux un costume ? Alors achète le !

Costumes Brave of soulRyo Mito ne voulait pas qu’on finisse son jeu en un claquement de doigts, c’est évident. Puisque dans ce jeu, absolument tout s’achète. Si vous finissez le mode histoire, ok très bien mais vous ne débloquerez pas la maison de la Vierge pour autant, vous aurez seulement le droit de l’acheter dans la boutique.

Les costumes sont hors de prix (entre 10 000 et 20 000 et quand on sait que sur un combat on gagne entre 1000 et 3000 points … L’astuce en or consiste  faire des matchs tout seul en mode « premier coup ». Mais bon, est ce vraiment normal d’en arriver là ?Une manière artificielle de rallonger la durée de vie du jeu.

Les costumes en DLC du précédent jeu peuvent tous être achetés ainsi. Les Golds sont désormais disponibles avec ou sans casque, il était grand temps d’insérer Shaka avec son casque ! Quel dommage de ne pas pouvoir faire tomber un casque en plein combat. Les musiques (inaudibles) peuvent également être achetées.

Le meilleur jeu moyen de Saint Seiya

seiya-soldiers-soulEh bien avec tout ces défauts, que reste-il ? Le jeu n’est pas non plus si mauvais que ça. Disons que la licence revient de loin, de très loin. J’ai déjà vu des jeux de combats infiniment plus mauvais que celui ci sur Playstation 2.  Saint Seiya : Soldiers’ Soul est incontestablement meilleur que son prédécesseur et de part ses nombreux ajustements, par contre la réalisation est indigne d’une Playstation 4 … Le système de combat mériterait d’être totalement revu car il est beaucoup trop répétitif. Car on voit clair dans le jeu de Bandai Namco, transmettre aux fans un Naruto Storm-like (série également en perte de vitesse sur les derniers opus).

J’aimerai également mettre la main sur la boite de prestataire qui traduit les jeux de Bandai Namco en raison de quelques erreurs affolantes.

5/10

Les Plus :

– Les God Warriors sont là !
– Une jauge de Cosmo corrigée
– Quelques attaques ultimes bien classes !

Les moins :

– Un mode histoire catastrophique  !
– Des cinématiques insipides.
– La boutique du jeu et les prix qui rallonge artificiellement le jeu.
– Un gameplay d’une autre époque
– Quelques personnages crackés comme Camus.
– Pourquoi une licence comme Saint Seiya bénéficie t-il d’un budget aussi pauvre ?

En bonus, compilation de plusieurs BAKOOOOM 🙂

Be the first to comment

Laisser un commentaire